Toussaint – Une terre fertile

Le sol que nous foulons dans le diocèse de Saint-Hyacinthe est une terre fertile en sainteté.  Je pense au saint Frère André, né à Saint-Grégoire; au bienheureux  Mgr Louis-Zéphirin Moreau, 4e évêque de Saint-Hyacinthe, dont la dépouille repose en notre cathédrale; à la bienheureuse Marie-Rose Durocher, née à Saint-Antoine-sur-Richelieu; aux vénérables Mères Élisabeth Bergeron et Catherine-Aurélie Caouette, nées respectivement à  La Présentation et à Saint-Hyacinthe.  Je pense aussi et surtout à tous ces saints et saintes d’ici, d’hier et d’aujourd’hui, méconnus et innombrables, véritables hérauts de l’Évangile dans nos maisons et nos communautés paroissiales qui font de notre terre une terre sacrée.

Nous sommes toutes et tous appelés à la sainteté. On ne nait pas saint ou sainte; on le devient.  Comment?  En cherchant d’abord le Royaume des cieux et la justice de Dieu. Tout le reste, dont la sainteté, vient par surcroit.  On devient sainte ou saint en mettant en pratique dans sa vie, avec l’aide de Dieu, les deux grands et inséparables commandements : celui de l’Amour de Dieu et celui de l’Amour des autres.  On devient sainte ou saint en étant à la fois disciple et missionnaire de la joie de l’Amour et de la joie de l’Évangile. La joie, en effet, est le fer de lance de la sainteté.  En cette fête de la Toussaint 2017, je fais miennes les paroles de saint François de Sales : « Un saint triste est un triste saint ».

✠ Christian Rodembourg, m.s.a.
    Évêque de Saint-Hyacinthe

ALBUM PHOTOS
Cliquez sur une photo pour l’agrandir puis naviguer d’une à l’autre en grand format

Vous aimerez aussi...